Après plusieurs années d’enseignement dans le module Rédaction web à l’IUT de Mulhouse, j’ai pu repérer un certain nombre d’ « erreurs » qui reviennent chez les apprentis rédacteurs (et même chez les pros, eh oui…). Voici quelques exemples de mauvaises pratiques à éviter lors de la rédaction d’un contenu web.

erreurs_redaction_web

1. Rédiger une phrase trop longue alors qu’on pourrait facilement la scinder en deux. Inutile de tout vouloir « faire rentrer » entre une majuscule et un point : deux phrases courtes se lisent très bien, et c’est justement l’effet recherché !

2. Employer un vocabulaire trop soutenu ou du jargon. Rendons le rédactionnel accessible à notre cible (si elle comprend le jargon, ok, mais il faut s’en assurer).

3. Ne pas intégrer de sous-titres. Les sous-titres (titres de niveau balisés < h2 > en html) structurent le texte de façon claire et évidente au premier coup d’œil. Ils accompagnent le lecteur pas à pas dans sa découverte des informations : pourquoi s’en priver ?

4. Rédiger des sous-titres pas assez précis ou qui ne répondent pas au sujet abordé dans le paragraphe qui suit. Comme dit, les sous-titres servent à guider le lecteur, et doivent suivre un fil conducteur pertinent.

5. Laisser trop de sous-entendus. Le lecteur n’est pas dans notre tête, il faut tout expliciter. Tout le monde n’a pas la même « logique » et le même niveau de connaissances.

6. Mêler deux informations différentes dans une seule phrase. Le lecteur aura tendance à faire un lien entre les deux, alors que cela n’a pas lieu d’être. Il faut déjà être bien au clair dans notre tête, nous qui rédigeons !

7. Rester dans le flou. Ce fameux « blabla institutionnel » a la vie dure. Illustrons notre propos avec des exemples, utilisons un vocabulaire concret, précis, qui colle parfaitement au sujet traité. Le lecteur doit savoir exactement de quoi on parle, et avoir les preuves de ce qu’on avance.

8. Donner trop de détails. Le lecteur est peut-être intéressé par le sujet, mais il y a des limites… Ne nous lançons pas dans des développements ultra pointus ou des explications trop fournies et difficiles à suivre.

9. Tourner autour du pot alors qu’on pourrait tout résumer en trois phrases : allons à l’essentiel !

10. Etre redondant. Synthétisons les informations et ne revenons pas sur un sujet qui a déjà été abordé dans un paragraphe précédent. Chaque info à sa place !

11. Rédiger au futur ou au passé. Au présent, c’est tellement plus simple… et engageant !


Sans parler des maladresses de syntaxe, et parfois, malheureusement des fautes qui donnent une très mauvaise première impression. Vous voyez, il y a de quoi faire pour se perfectionner dans l’art de l’écriture sur le web !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu