Rédiger des contenus qui ont de l’impact, c’est l’objectif de tout rédacteur. Le titre est un contenu, ou microcontenu, particulièrement puissant. Il déclenche l’intérêt, encourage les réactions, mais peut aussi provoquer l’indignation et la propagation de fausses idées reçues ! Le grand titre d’une page web, je parle en particulier du H1, a tout intérêt à être réfléchi et soigné.

titre_porte_entrée

Les critères d’un bon titre (H1)

La rédaction d’un titre demande de l’inspiration, et un peu de temps, malgré le petit nombre de caractères ! Un titre efficacement rédigé est :

  • Informatif : Le titre donne une information claire sur ce qui va suivre. On peut directement donner son point de vue, ou seulement interroger le lecteur, avant de développer ses arguments ou ses réponses. Question ou affirmation, en tout cas la thématique est annoncée.
  • Riche en mots-clés : SEO oblige : si le titre contient exactement les termes recherchés par un internaute, il sera conquis d’avance. Cf point précédent : donner la bonne information aux moteurs de recherche et aux internautes passe par le choix de l’expression clé la plus intéressante.
  • Accrocheur et incitatif : Un titre uniquement informatif n’encourage pas forcément le clic. Et comme il faut sans cesse renouveler l’intérêt et la motivation des internautes, autant rendre son titre un peu « sexy », comme on dit.
  • Plutôt court : On ne lit pas vraiment un titre, on le survole. S’il contient déjà une proposition complexe, bon courage pour la suite… C’est mieux d’aller droit au but, cela a plus d’impact.

Trahison, mensonge et polémique : quand le titre fait sa crise

Rédiger un titre trompeur ou légèrement mensonger : bien ou pas bien ? Cela peut être intentionnel, comme les titres à scandale souvent utilisés dans la presse people. Un tel titre a le mérite d’être accrocheur. S’il donne une information juste sur le contenu de l’article/page qui va suivre, et qu’il contient des mots-clés pertinents : pourquoi serait-ce un mauvais titre ?

Mais attention :

  • Rédacteur : annoncez tout de suite la couleur, dès les premières lignes du contenu, expliquez que vous vouliez faire réagir et argumentez ensuite votre point de vue. Si vous commencez sur le ton de l’humour, allez jusqu’au bout.
  • Lecteur : poursuivez la lecture avant de vous étonner, de juger, de polémiquer. C’est plus sage. Ensuite, n’hésitez pas à réagir : c’est ce qui fait la richesse d’un blog, ce qui anime les discussions, ce qui fait réfléchir et se remettre en question.

Par exemple, le titre du petit papier de la semaine dernière a fait réagir les experts SEO qui sont passés par-là. Forcément, dire à un chargé de référencement « Oubliez le SEO : créez des contenus de qualité« , c’était osé. Mais ceux qui ont lu l’article ont bien vu que le SEO ne s’oublie pas, et qu’il entre toujours en compte dans la rédaction de contenus web. Parfois, c’est intéressant de dépasser un tout petit peu les limites avec un titre à tendance polémique. Mais user de modération et garder son sérieux est aussi très appréciable. 🙂

Conclusion sur le pouvoir du titre

Qu’il interpelle, informe, proteste, questionne, choque, provoque, le titre a un pouvoir de séduction indéniable. C’est la porte d’entrée vers un contenu donné. Si la porte d’entrée de votre maison est toute rouillée, moisie ou déboitée, vos invités auront peur de ce qu’ils trouveront derrière… Pareil avec le titre. Il donne confiance et incite à entrer de plain-pied dans le contenu.

 

À lire ou à relire :

h1, h2, h3 : comment rédiger vos titres de niveaux ?

Comment rédiger un titre pour le web ? (Action-redaction.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.